Vous êtes ici : Accueil / Accueil / Actualités

Alerte sécheresse dans le Nord : les usages sont réglementés

Compte tenu des conditions hydrologiques, piézométriques et météorologiques dans le Département du Nord et en particulier du déficit de pluies efficaces, les usages de l’eau sont réglementés en vue de la préservation de la ressource en eau suite à l’arrêté préfectoral du 18 juillet 2017.

Le Département est placé en état d’alerte, ce qui signifie que les collectivités et particuliers, les industriels ainsi que les agriculteurs et pisciculteurs sont soumis à des restrictions d’usage (comme détaillés dans l’arrêté préfectoral ci-joint) : interdiction de laver les véhicules, d’arroser les espaces verts, de remplir les piscines privées, prélèvements réduits pour les industriels et les agriculteurs…

Localement, en Scarpe aval, les nappes d’eau superficielle affichent des niveaux bas jamais enregistrés depuis 1999.  Les suivis piézométriques mensuels réalisés par le Parc naturel régional montrent des records pour 11 des 18 points de suivi en juillet 2017. Les niveaux d’eau sont très fluctuants dans ces nappes superficielles situées à une profondeur moyenne de 1 et 3 mètres et qui alimentent les milieux humides de la plaine basse de la Scarpe. 

Concernant la nappe de la craie, profonde, qui fournit près de 20 millions de m3 d’eau potable aux habitants du territoire et des alentours, les variations se font moins sentir. Les niveaux d’eau sont légèrement sous la moyenne, toutefois bien loin des records de niveau bas déjà atteint depuis 1970. La nappe est à 9 mètres de profondeur en juillet 2017 au piézomètre de Marchiennes, contre 8.47 mètres en moyenne à la même époque, et contre 17.35 mètres de profondeur déjà atteint en 1991. Les prélèvements en Scarpe aval ayant tendance à diminuer avec la baisse des prélèvements industriels et l’arrêt du pompage des eaux d’exhaure des mines, la nappe est moins sollicitée.

Le château d’eau « Scarpe aval » semble moins vulnérable qu’ailleurs en termes de disponibilité de la ressource en eau potable. Il n’empêche qu’en période de sécheresse et compte tenu des phénomènes climatiques extrêmes à venir, les économies d’eau sont une priorité pour chacun.

 

Quelques informations sur l’arrêté sécheresse :

L’état de la ressource est obtenu en comparant les valeurs constatées avec les seuils de référence sur des stations de suivies définies. Pour les eaux souterraines, c’est le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) qui est en charge de ce suivi. Les stations de suivies sur notre territoire sont :

- le piézomètre à Rieulay 00281X0002/F1 pour les eaux souterraines (station de référence piézométrique du BRGM),

- et le Courant de Coutiches à Flines-lez-Raches (station de référence hydrométrique de la DREAL).

Suivant l’arrêté cadre sécheresse du 2 mars 2012, le préfet peut prendre un arrêté préfectoral temporaire fixant les modalités de restrictions ou d’interdictions des usages de l’eau. Cet arrêté concerne tant les eaux souterraines que les eaux superficielles. La faible disponibilité de la ressource conduit à différentes situations selon une échelle à 4 niveaux :

 -situation de vigilance : en début de l’étiage sévère, déclenche des mesures de communication et de sensibilisation auprès du grand public et des professionnels,

 -situation d’alerte : les différents usages ne peuvent plus coexister, les premières limitations des usages sont activées (interdiction de laver les véhicules, d’arroser les espaces verts, de remplir les piscines privées, prélèvements réduits pour les industriels et les agriculteurs…),

 -situation d’alerte renforcée : permet une limitation progressive des prélèvements et le renforcement des mesures de limitation ou de suspension des usages,

 -situation de crise : ne permet plus de ne satisfaire que les exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile et de l’alimentation en eau potable de la population. Tout arrosage est interdit et les industriels et les agriculteurs n’ont plus le droit de prélever.