Vous êtes ici : Accueil / La mise en oeuvre du SAGE

Gestion des espaces à enjeux

Cours d’eau, marais, prairies et boisements humides jouent un rôle d’“éponge” dans la lutte contre les inondations, préservent les ressources en eau et favorisent la biodiversité.

Ces milieux se banalisent et sont grignotés par l’urbanisation et les activités humaines. Représentant 1/6e du territoire du SAGE, la CLE les a définis comme des “espaces à enjeux”. Si les plus emblématiques bénéficient déjà d’actions de gestion, entretien et restauration par des structures comme le Parc naturel régional, l’Office national des forêts, le Conservatoire des sites ou encore le Département du Nord, la nature plus ordinaire est parfois oubliée malgré son rôle tout aussi important dans la gestion de l’eau. C’est ainsi que la CLE a proposé aux communes le souhaitant, volontaires et motivées, mais n’ayant pas forcément tous les moyens humains et financiers pour intégrer les enjeux liés à l’eau, de bénéficier d’un appui pour améliorer la gestion de certaines zones humides leur appartenant.

Trois types de milieu

En 2010, 3 espaces à enjeux ont été étudiés et des propositions ont été faites pour en améliorer la gestion :

  • Le Vivier de Sin le Noble, étangs communaux ayant un rôle important dans la lutte contre les inondations dans un contexte urbain ;
  • La friche humide de St Amand les Eaux en lisière de forêt et à la biodiversité importante ;
  • L’étang communal de Vred utilisé par de nombreux pêcheurs.

Des orientations de gestion partagées

A partir d’un état des lieux/diagnostic des habitats, de la faune/flore, des usages et de l’hydraulique du site, des orientations de gestion ont été proposées aux maîtres d’ouvrage. Elles concernent, par exemple, la restauration de zones humides pour améliorer le rôle des sites dans la gestion de l’eau, la limitation de la circulation pour accroître la tranquillité du site ou la gestion différenciée pour favoriser la biodiversité.

Les usagers des sites, chasseurs, pêcheurs, intercommunalités ont participé à l’ensemble de la démarche.

Un exemple de mise en œuvre : l’étang communal de Vred

Le gestionnaire du site est la mairie de Vred. Suite à l’étude, un partenariat a été mis en place avec un agriculteur pour faucher les espaces autour de l’étang le plus tardivement possible pour ne pas nuire à la biodiversité. La Communauté de Communes Cœur d’Ostrevent, compétente sur l’entretien des sentiers de randonnée et des fossés, procède plusieurs fois par an à la coupe de la renouée du Japon, espèce invasive qui s’est installée à divers endroits du site.

Enfin, le Parc naturel régional Scarpe-Escaut assure les suivis scientifiques (suivi de la population de couleuvre à collier, reproduction des amphibiens, inventaire botanique, inventaire des odonates).

Chaque année, l’ensemble des partenaires se retrouve pour faire le bilan des actions réalisées et programmer celles de l’année suivante.