L’eau pour tous

Production d’eau potable, agriculture, industrie, thermalisme, randonnée, chasse, pêche, nautisme : autant d’activités économiques et de loisirs qui profitent de la présence de l’eau. Pour ne prendre qu’un exemple, en 2008, 20 millions de m3 d’eau ont été prélevés sur le territoire dont 79% pour l’alimentation des populations et 20% pour l’industrie.

Une forte présence humaine

La proximité de Lille et de Valenciennes et la facilité d’accès du territoire contribuent à l’importante densité de population qui est de plus de 450 habitants/km². Les surfaces imperméabilisées (habitations, zones d’activités, réseaux de communication,…) progressent au détriment, le plus souvent, des terres agricoles, notamment les prairies et zones en herbe, et de milieux naturels ordinaires.

Un paysage très agricole

Plus des deux tiers du territoire sont occupés par des zones agricoles avec une dominance de cultures annuelles (en progression) et des prairies. On parle de « polyculture-élevage ». Cette activité est en constante inter-action avec l’eau, principalement dans la plaine de la Scarpe où les altitudes sont inférieures à 17,5 m et où la nappe superficielle est proche du sol et où il faut savoir composer avec une forte présence d’eau, mais également sur les plateaux de la Pévèle et de l’Ostrevent, du fait des relations avec les cours d’eau et les nappes.

Des conditions idéales pour les loisirs liés à l’eau

Les nombreux étangs du territoire constituent les terrains de loisirs pour les pêcheurs et les chasseurs à la hutte (plusieurs centaines de huttes ont été recensées). La pêche est aussi pratiquée sur la Scarpe canalisée, ses affluents et les nombreux étangs fédéraux, communaux ou privés du territoire.

Les paysages marqués par la présence de l’eau invitent le promeneur à découvrir les cours d’eau et zones humides du territoire : à pied ou à vélo, bien sûr, le long des nombreux sentiers existants, mais également pourquoi pas en bateau, la navigation de plaisance est en phase de développement le long de la Scarpe.

Un passé industriel

Historiquement, le bassin versant était caractérisé par une activité industrielle importante organisée autour du charbon, du textile et de la sidérurgie. Activités dont les friches industrielles, terrils, ou encore étangs d’affaissements miniers sont les signes encore visibles aujourd’hui.

Le déclin de ses activités et en particulier l’arrêt de l’exploitation minière ont eu des conséquences parfois positives mais majoritaitement négatives. En effet, si les vestiges du minier nous offrent des sites emblématiques tels que la Mare à Goriaux ou encore le terril de Germinie, les désordres hydrauliques sont nombreux et leur gestion complexe, comme l’illustre l’animation ci-dessous.

L’industrie s’est aujourd’hui reconvertie dans les domaines de l’agroalimentaire, la chimie, le traitement de surface ; les industries les plus impactantes pour la ressource en eau étant concentrées autour de Douai, Saint Amand les Eaux et Raismes.