Charte du Parc et SAGE : un territoire et des enjeux communs

13 mai 2020

Un Parc où l'eau forge une partie de l'identité du territoire

Le Parc naturel régional Scarpe-Escaut est un territoire de 55 communes labellisé par l’Etat pour ses paysages, la diversité de sa faune et sa flore, son patrimoine et ses milieux particuliers tels que les zones humides et les forêts.

44 communes du bassin versant de la Scarpe aval (sur 74) adhèrent au Syndicat mixte du Parc. Signataires de la Charte du Parc (au même titre que les intercommunalités, le Conseil départemental, la Région Hauts-de-France et l’Etat), elles s’engagent à mettre en œuvre des actions contribuant à un aménagement et un développement économique équilibrés et respectueux des ressources naturelles du territoire, dont la ressource en eau. Certains enjeux sont donc communs. Par ailleurs, le secrétariat et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte du Parc.

Des problématiques communes entre la Charte du Parc et le SAGE

De par sa vocation à préserver nature et patrimoine, la Charte pose une approche stratégique et systémique pour une gestion intégrée du territoire afin de préserver la ressource en eau, la biodiversité et la qualité de celui-ci à travers la trame écologique et paysagère.

Adopter une nouvelle gestion de l'espace équilibrée et volontariste

Pour préserver l'espace rural, la ressource en eau et l’agriculture face au développement d’usages non agricoles, plusieurs objectifs apparaissent comme la maîtrise des différents usages de l’espace (développement des boisements et étangs, projets de carrières...) ou encore la prise en compte des enjeux agricoles, environnementaux et paysagers dans les documents d’urbanisme (préservation de l'urbanisation des zones nouvellement protégées par des ouvrages de lutte contre les inondations ainsi que celles protégées par les stations de relevage des eaux).

Préserver et restaurer des réseaux écologiques

« Préserver et restaurer le réseau des milieux aquatiques et humides » (mesure 13) met notamment en avant la nécessité de :

  • recourir à une gestion saisonnière et spatiale des niveaux d'eau pour prendre en compte les problématiques d'étiages et d’inondations
  • d'entretenir le réseau hydrographique de manière « douce » pour renforcer la trame écologique et restaurer les potentialités piscicoles des cours d'eau
  • privilégier avec les agriculteurs la gestion contractuelle et la valorisation économique des prairies humides, notamment par l’élevage
  • participer et agir à la mise en place d’un plan d’actions et de gestion des zones humides

Renforcer la gestion globale de l’eau à l’échelle transfrontalière

La mesure 17 intitulée : « Améliorer la connaissance des masses d’eau du territoire » rejoint le contenu du SAGE en appuyant sur la nécessité de mieux connaître les cours d'eau, fossés, plans d'eau et nappes souterraines, leurs fonctionnements mais aussi leurs interconnexions et leur qualité. Cette mesure appuie également sur l'importance de ces données pour anticiper le risque inondation et développer la culture du risque.

La mesure 18 intitulée : « Préserver la ressource en eau souterraine » insiste sur la préservation de la qualité de l'eau sur l'aire d'alimentation de captage Scarpe aval sud mais aussi le partage nécessaire et concerté de la ressource en eau potable disponible dans les nappes souterraines.

La mesure 19 intitulée : « Améliorer la qualité des eaux souterraines et de surface » alerte sur une eau de qualité médiocre mais pouvant être améliorée grâce à une augmentation de la performance des systèmes d'assainissements collectifs, la réduction de l'usage des pesticides, l'alerte et la gestion de pollutions ponctuelles ou encore la lutte contre les pollutions industrielles présentes et passées.

La mesure 20 intitulée : « Améliorer la planification et la gestion de l’eau à l’échelle du bassin versant transfrontalier » souligne l'importance d'une gestion amont-aval de l'eau pour réduire notamment les risques inondations. Cela passe par le rétablissement et la préservation les champs naturels d’expansion de crue, la gestion concertée de manière transfrontalière des aménagements hydrauliques ou encore la limitation de l’imperméabilisation à l'amont des zones potentiellement inondables.

La mesure 21 met directement en avant le SAGE Scarpe aval en engageant le Syndicat mixte du Parc naturel régional Scarpe-Escaut à la « mise en cohérence de la gestion de l’eau à l’échelle transfrontalière en favorisant la mise en oeuvre du SAGE Scarpe aval (F), l’élaboration du SAGE Escaut (F) et du Contrat de Rivière Escaut (B) ». Ainsi, le Parc porte l'animation du SAGE Scarpe aval. Ce travail passe essentiellement par des actions de “facilitation” entre les maîtres d’ouvrage, d’animation de la Commission locale de l’eau, de suivi et d’évaluation du projet.

Préserver et valoriser le paysage

La mesure 23 intitulée : « Affirmer le caractère des paysages identitaires et prévenir leur banalisation » met en avant les paysages liés à l’eau. Il s'agit ici, de révéler la présence de l’eau, préserver des vues et le lien vers cet élément caractéristique, favoriser les techniques luttant contre la standardisation dans la gestion des berges et des fossés ou encore réaffirmer le lien entre l’eau et l’urbain dans les projets d’aménagement.

Développer une agriculture plus respectueuse de la ressource en eau, de la biodiversité

Les enjeux sont multiples mais il peut être cité les enjeux suivants en lien avec le SAGE :

  • protéger les captages d’eau potable et leurs aires d’alimentation pour préserver en qualité et quantité la ressource en eau
  • améliorer l’impact environnemental des pratiques culturales sur la qualité des eaux de surface et souterraines
  • protéger la nappe de la craie, ressource en eau majeure à l’échelle régionale, par une gestion de l’eau concertée et une protection adaptée des aires d’alimentation de captage.

Pour en savoir plus

La charte du Parc naturel régional Scarpe-Escaut 2010-2022 est disponible ici.

En savoir plus

26 mai 2020

Une Opération de Reconquête de la QUalité de l’Eau (ORQUE)

L'ORQUE Scarpe aval Sud L’eau sur le bassin versant de la Scarpe aval représente une ressource essentielle pour l’alimentation en eau potable du territoire et des métropoles avoisinantes. Près de 18 millions de m3 d’eau sont prélevés chaque année. Néanmoins, le territoire avec sa forte densité de population et ses diverses activités, subit une dégradation de la qualité de ses eaux souterraines. Pour préserver la qualité de la ressource en eau, les principaux préleveurs d’eau du territoire (Métropole Européenne de Lille, Noréade, Douaisis Agglo) ont mis en place, dès 2009, une Opération de

26 mai 2020

Des mesures pour préserver les milieux humides et aquatiques de la Scarpe aval

Les mesures du SAGE Scarpe aval révisé Entre l’érosion de la biodiversité, l’urbanisation rapide, l’intensification des usages industriels, agricoles mais aussi domestiques, le drainage, la pollution des sols et des eaux ou encore la fragmentation des habitats, les milieux humides sont menacés. Afin de les protéger, le SAGE Scarpe aval révisé inscrit dans ses documents des mesures de : Protection via un renforcement de la loi sur l’eau, l’inscription dans les documents d’urbanisme et encadrement des pratiques (notamment d’assainissement non collectif) dans les milieux humides remarquables à

26 mai 2020

Des mesures pour gérer durablement la ressource en eau souterraine pour l'alimentation en eau potable

Les mesures du SAGE Scarpe aval révisé Le SAGE s’inscrit dans une démarche d’adaptation au changement climatique et souhaite comprendre et pérenniser l’alimentation en eau potable en anticipant la demande et l’état de la ressource dans les prochaines années mais aussi en renforçant la solidarité amont-aval des différents préleveurs d’eau. Ainsi, le SAGE Scarpe aval révisé inscrit dans ses documents une volonté d’adaptation aux demandes en eau souterraine futures : Vision partagée autour des prélèvements dans la nappe de la craie entraînant une clé de répartition par usage, un volume maximal