Intégrer l’eau dans l’urbanisme, pour une ville résiliente face au changement climatique

14 décembre 2021

Eau, urbanisme et changement climatique, pour une ville résiliente face au changement climatique

Les élus du bassin-versant Scarpe aval, leurs équipes, les bailleurs et les bureaux d’études spécialisés ont pu assister le mardi 14 décembre 2021 à une journée sur la thématique de l'eau et l'urbanisme en lien avec le changement climatique. La matinée a consisté en une série de conférences en salle et l'après-midi en une visite sur le terrain de trois projets d'aménagement ayant intégré cette prise en compte.

Téléchargez ici les supports de la matinée au format pdf

Compte-rendu de la matinée

Quel impact du changement climatique en Scarpe-Escaut ? – PNR Scarpe-Escaut

Emeric DUMONTET du Parc naturel régional Scarpe-Escaut (PNRSE) ainsi que Julie DI NELLA, animatrice du SAGE Scarpe aval, ont tour à tour présenté l'évolution du climat sur le territoire. Emeric DUMONTET a ainsi pu présenter le projet Life Natur'Adapt présentant des solutions pour faire face au changement climatique en Scarpe-Escaut. Julie DI NELLA est revenue sur les caractéristiques du bassin-versant (aire d'alimentation des nappes, risques inondations, présence des zones humides) en montrant la responsabilité des élus dans l'adaptation au changement climatique et la sauvegarde de la ressource en eau à travers l'urbanisme :

  • Protection des zones humides,
  • Changement de regard sur l’abondance d’eau disponible,
  • Objectif de zéro artificialisation nette,
  • Renaturation en ville,
  • Intégration de l’eau dans l’aménagement de la ville,
  • Gestion des eaux pluviales,
  • Mise en place du zérophyto,
  • Protection des aires d’alimentation de captages.
Ruissellements
Ruissellements sur Cambrai-au-Ternois en 2018 © Philippe Frutier - plus d'informations ici

Quelle implication dans la prise en compte de l’eau dans l’urbanisme ? – SCoT Grand Douaisis et SCoT du Valenciennois

Pascal BERLAND du SCoT du Valenciennois, Catherine HAEGHAERT du SCoT du Grand Douaisis et Julie DI NELLA sont d'abord intervenus sur la hiérarchie des normes :

  • Présentation de la loi climat-résilience : vers la préservation de la ressource en eau dans l'urbanisme ;
  • Présentation des outils d'aide à la mise en compatibilité des documents d'urbanisme avec le nouveau SAGE Scarpe aval : guide et lettre d'information ;
  • Orientations des SCoT et lien avec les PLU(i) ;
  • Outils des PLU(i) permettant la prise en compte de l'eau localement dans l'urbanisme réglementaire et opérationnel.

Sur ce dernier point, plusieurs outils ont été présentés :

  • Imposer des installations nécessaires à la gestion des eaux pluviales et du ruissellement (R151-43, 7°),
  • Imposer des caractéristiques de perméabilité aux clôtures (R151-43, 8°),
  • Déterminer des zones où le risque inondation est présent et où les zones humides sont à préserver de la construction (classement en N ou A),
  • Imposer un Coefficient de Biotope de Surface (CBS) minimal (R151-43, 1°),
  • Ecrire des zonages d’assainissement, des zonages pluviaux (L2224-10 du CGCT) et des schémas de gestion des eaux pluviales (SDGEP),
  • Préserver des éléments fixes du paysage (L151-23),
  • Mettre en place des opérations d'aménagement et de programmation pensant multifonctionnalité dans l’aménagement de la ville : amélioration du cadre de vie (espaces verts multifonctionnels), de la qualité de l’eau (phyto-épuration), de la quantité d’eau disponible (infiltration), résilience face au changement climatique (fraîcheur, verdure), diminution du risque inondation (zones d’immersion temporaire) voire attractivité touristique.

Coefficient de biotope de surface
Le coefficient de biotope de surface est la surface écoaménageable d'un projet par rapport à la surface de la parcelle. Plus il se rapproche de 1, plus le projet est vertueux.

La gestion des eaux pluviales : quel rôle dans la lutte contre le changement climatique ? – ADOPTA

Florent LOCATELLI de l'ADOPTA a ensuite pris la parole pour rappeler le rôle de la gestion intégrée des eaux pluviales dans la lutte contre le changement climatique :

  • Augmentation de la ressource en eau disponible dans les nappes souterraines,
  • Réduction du risque inondation (assainissement, ruissellement),
  • Economie en eau : utilisation de la ressource « eau de pluie » à la place de la ressource « eau potable »,
  • Développement et renforcement de la biodiversité en ville (paysage notamment),
  • Atténuation des îlots de chaleur urbain,
  • Amélioration de la qualité du milieu naturel.

Plusieurs typologies d'aménagement ont été présentées démontrant les avantages et les inconvénients des unes et des autres :

  • Les ouvrages enterrés,
  • Les revêtements perméables,
  • Les solutions fondées sur la nature permettant d'atteindre tous les objectifs affichés ci-dessus.

Il a également présenté les avantages financiers de différentes techniques notamment par la maîtrise du coût en investissement mais surtout en fonctionnement. Plusieurs exemples ont été présentés.

Il finit par conclure que la gestion durable et intégrée des eaux pluviales ainsi que la végétalisation rendent de multiples services, favorisent l’adaptation au changement climatique et génèrent des économies.

jardin de pluie à Douai
Jardin de pluie comme solution fondée sur la nature permettant la gestion des eaux de pluie, l'amélioration du cadre de vie, la reconquête de la biodiversité et la diminution des îlots de chaleur urbains.

Quels accompagnements techniques et financiers possibles ? – Agence de l’eau Artois-Picardie, PNR Scarpe-Escaut

Hervé CANLER de l'Agence de l'eau Artois-Picardie a pu présenter les différentes aides financières dont les collectivités territoriales peuvent bénéficier :

  • Etudes globales de gestion des eaux pluviales et de ruissellement,
  • Etudes spécifiques de gestion des eaux pluviales en milieu urbanisé,
  • Etudes préalables à la réalisation des ouvrages,
  • Etudes de prise de compétence,
  • Travaux liés à la gestion des eaux pluviales en zone urbaine ou non,
  • Mise en place d'une charte d’entretien des espaces publics,
  • Travaux d'économie d'eau via la récupération d'eau pluviale notamment,
  • Actions de communication.

Julie DI NELLA a également présenté les principes d'aides de la Région Hauts-de-France ainsi que l'accompagnement par le Parc naturel sur la gestion différenciée.

Juliette CAPPEL a complété cette présentation en listant les accompagnements liés à l'urbanisme que le Parc peut donner :

  • Appui à la mise en compatibilité des documents d’urbanisme avec la Charte du Parc et le SAGE ;
  • Des études d’aménagement durable : financements, appuis à l'écriture du cahier des charges et suivis des projets.
Développement de la tâche urbaine et remembrements à grandes échelles
Développement de la tâche urbaine et remembrements à grandes échelles Source : IGN – Commune de Gondecourt (59)

La démarche de Sin-le-Noble : gestion différenciée des espaces verts, renaturation en ville, gestion des eaux pluviales, plan communal de sauvegarde – M. WIDIEZ (adjoint de Sin-le-Noble) et M. WIBAUT (directeur cadre de vie)

Vincent WIBAUT et Didier WIDIEZ ont terminé cette matinée en exposant certains projets ayant eu lieu sur leur commune :

  • Gestion différenciée des surfaces, signature de la charte de l'Agence de l'eau sur la gestion différenciée ;
  • Création de noues lors de la réhabilitation de deux quartiers ;
  • Création d'une zone humide ;
  • Paillage des espaces verts avec les sapins récupérés et broyés ;
  • Gestion différenciée du cimetière ;
  • Lancement d'une étude de renaturation en ville et de mise en place d'une canopée urbaine, mise en œuvre par le cabinet Urbania ;
  • Projet d'aménagement d'un écoquartier en amont du centre-ville ayant aussi un rôle dans la lutte contre les inondations...

Téléchargez ici les supports de la matinée au format pdf

Compte-rendu de l'après-midi

Les participants ont eu la possibilité de visualiser trois sites d'intérêts pour visualiser concrètement des aménagements prenant en compte les enjeux d'urbanisme, de gestion de l'eau et d'adaptation au changement climatique.

Visite des ouvrages de gestion des eaux pluviales à Erchin – M. KUMOREK (maire d’Erchin) et M. BOULAIN

M. Kumorek, maire d'Erchin, a décrit le projet de son prédécesseur, M. Boulain, visant à réduire l'impact des coulées de boue sur les maisons de la rue des peupliers-acacias situées en aval de terrains agricoles en pente. Pour ce faire, un déversoir d'orage a été aménagé en concertation avec l'association locale de lutte contre les coulées de boues, les agriculteurs et la mairie. De plus, des pratiques agricoles de labour dans le sens perpendiculaire à la pente ont également permis de réduire ces coulées de boues. Aujourd'hui, ces terrains nus sont classés comme inondables et n'ont pas vocation à être urbanisés.

A travers le bus, les participants ont pu également apercevoir une chaussée à structures réservoirs ainsi que les dalles engazonnées et pavées devant la salle des fêtes permettant une gestion intégrée des eaux pluviales dans la commune.

Visite à Erchin

Visite du cimetière végétalisé de Lallaing – M. FONTAINE (maire de Lallaing) et Mme HAUDRECHY (paysagiste-conceptrice du bureau d'étude Lampsane Paysage)

A Lallaing, c'est Karine HAUDRECHY du bureau d'étude Lampsane Paysage qui a pu présenter les aménagements réalisés sur le cimetière de Lallaing. Ceux-ci consistent en un engazonnement des allées renforcées par un treillis permettant la circulation d'engins à moteur, un paillage et fleurissement vivace des tombes abandonnées ainsi que des inter-rangs avec des couvre-sols persistants. Pour accompagner les locaux à ces changements, des panneaux pédagogiques ont également été mis en place.

Allées engazonnées

Visite d'un projet de square dans le cadre de l’appel à projet « eau et biodiversité en milieu urbanisé » – M. FONTAINE (maire de Lallaing) et Mme HAUDRECHY (paysagiste-conceptrice du bureau d'étude Lampsane Paysage)

Pour terminer cette journée, Jean-Paul FONTAINE et Karine HAUDRECHY ont fait visiter un square en travaux prenant en compte plusieurs problématiques notamment le développement de la biodiversité en ville ainsi que la gestion des eaux pluviales qui sont toutes infiltrées (revêtement drainant ou noues), (ainsi les surfaces crées sont pour la plupart perméables mais permettent un cheminement sécurisant.) ainsi ce projet concilie environnement et cadre de vie »

Présentation du square par Jean-Paul FONTAINE à Lallaing

Téléchargez ici les supports de la matinée au format pdf

En savoir plus

7 mars 2022

Les ateliers du plan d'action du SAGE

Deux jours pour se mettre en action ! C'est à l'issu de deux journées, les 04 et 07 octobre 2021, que les acteurs de la gestion de l'eau du bassin versant Scarpe aval (agriculteurs, communes, intercommunalités, syndicats, pêcheurs, associations, services de l'Etat...) ont pu esquisser un projet de plan d'action du nouveau SAGE Scarpe aval. En effet, ce sont 51 personnes présentes le lundi et 48 le jeudi qui ont mis en avant : 20 actions déjà existantes portées par leurs structures, 62 actions déjà existantes mais à renforcer, 73 nouvelles actions à créer. Avec un total de 155 actions, chaque

7 mars 2022

Sondage sur les attentes des élu·e·s vis-à-vis des enjeux de l’eau

Sondage sur les attentes des élu·e·s vis-à-vis des enjeux de l’eau Pour que les élu·e·s des 75 communes du bassin versant de la Scarpe aval et/ou des 66 communes du Parc naturel régional Scarpe-Escaut, aient toutes les informations nécessaires pour faire des choix éclairés sur la thématique de l'eau, des journées thématiques annuelles sont proposées depuis quelques années par l'animatrice du SAGE Scarpe aval. Pour affiner ces journées, un sondage a été envoyé aux élu·e·s, pour mieux cibler vos besoins et vos attentes. Résultats du questionnaire 80 % des élu·es souhaitent en savoir plus sur les

20 décembre 2021

Charte du Parc et SAGE : un territoire et des enjeux communs

Un Parc où l'eau forge une partie de l'identité du territoire Le Parc naturel régional Scarpe-Escaut est un territoire de 55 communes labellisé par l’Etat pour ses paysages, la diversité de sa faune et sa flore, son patrimoine et ses milieux particuliers tels que les zones humides et les forêts. 44 communes du bassin versant de la Scarpe aval (sur 74) adhèrent au Syndicat mixte du Parc. Signataires de la Charte du Parc (au même titre que les intercommunalités, le Conseil départemental, la Région Hauts-de-France et l’Etat), elles s’engagent à mettre en œuvre des actions contribuant à un